Hello Mr President of runars

Nous avons en avant première les photos du marathon de  Londres qui aura lieu ce dimanche (trop forts ces runars).

On y voit notre président Rémy et  pas un regard pour la vieille dame qu’il est en train de doubler !!!

marathon_londres 1

Allez Rémy, tous les runars sont avec toi. (En attendant des photos, les vraies cette fois).

56 réflexions sur « Hello Mr President of runars »

  1. Génial Pascal!
    Si Lapin est muet , c’est peut etre parce qu’il reste sans voix devant tant de courses de Run’ars et tant de perfs…..
    Rémy, prends du plaisir à decouvrir Londres par ce marathon, ton premier en dehors de La Rochelle. Et puis n’oublie de courir…. nous on n’oublkera pas de penser à toi!
    Bises de Zabouille :bye: :yahoo:

  2. Emportes avec toi tous nos encouragements !!!! Sois fort !!! On pense à toi notre Remy … :yahoo:

  3. Ah… Ce pascal quel talent …
    merci a tous et toutes pour vos sympathiques encouragements.
    Bises a toutes et tous.

    The coach.

  4. moi aussi j’aurais aimé mettre la même photo ..mais je ne donnerais pas ce plaisir à GEGE … Ss commentaire…
    Mais en attendant LA CLASSE ..MISTER SERALY ..

    Remy peut-être à ce soir juste pour nous faire coucou. Sinon Go Go GO ..en prenant du plaisir ..
    Bises

  5. Quelle chance tu as de nous représenter outre-manche ! Et si toutefois, tu manques de motivation, n’oublie pas que le run’ars est chassé à Londres alors cours, cours, cours !
    God save the Présicoach !!

  6. Good luck Mr President! Have fun!
    N’oublie pas de souhaiter un joyeux anniversaire à Elizabeth pr ses 90 ans (par contre, évite peut-être de l’appeler « zabouille »…)!

  7. Ah oui tu asraison François, il ne faut pas l’appeler « Zabouille » il n’y a que moi qui ai le droit à ce surnom, sinon je lui fais bouffer son chapeau et je ne parle plus à mon Coach préféré!

  8. Here we are: the « presicoach » is on the train… Après verif des papiers resa, retrait dossard etc, perforation du sac poubelle pour l’attente dimanche matin (faudrait quand même pas que le run’ars se mouille avant le depart), inventaire du stuff tel que gourde, porte dossard, biofreeze, nok (suis pas sure de l’orthographe) etc…notre coach s’est embarque a l’heure prevue le coeur leger et avec l’envie de faire briller le run’ars sous les nuages londonniens… Une seule adresse si vous voulez lui laisser un message ce week-end: remy.bon@orange.fr , sous reserve du bon fonctionnement de la wi-fi. Bises a tous

  9. t’en fais pas .Si il avait doublé Laidy Di il l’aurait bien regardée même si il risquait de se casser la figure dans le premier virage.
    En attendant prends du plaisir et tu nous raconteras tout ça dans quelques jours….

  10. Allez Rémi ! On lâche plus rien ! Et rappelle-toi que c’est là, à Londres en 1908, que le marathon olympique se déroulant entre le château de Windsor et le stade de White City a pris sa longueur définitive ! « Les Anglais calculent la distance qui va du château (le Great Park ) de Windsor, ligne de départ, et les derniers 100 m du stade olympique de White city (White City Stadium), où ils ont établi l’arrivée du marathon. Ils ont l’idée d’imposer cette distance de 42 km 195m (26 miles 385 yards) comme kilométrage étalon pour cette épreuve »… Let’s go !

  11. Hi mister the Coach!
    Les baskets sont affûtées? La montre gps ( au cas où tu te perdrais dans cette ville d’étrangers) est bien gonflée? N’oublie pas : si tu vois un silo, c’est que tu es sorti de la ville, retourne toi et cherche le gros Ben, il t’indiquera le pub le plus proche! Mais la pinte de bière c’est après la course que tu dois la boire…..pas pendant…. la bière se conserve mal dans les gourdes!
    Fais attention aussi dans cette ville, il y a des gens qui ont de drôles de chapeaux à poil…..ils ne peuvent pas courir avec….. donc n’échange pas ta casquette avec cette chose bizarre
    run fun run run run et fun fun fun 😉

  12. On est tous avec toi Rémy, fais nous une super course, prend du plaisir et profites du paysage enfin surtout de cette belle ville de londres, et comme dit si bien isa run run run !!!!

  13. Good moring tout le monde! Presicoach vient de partir vers la ligne de depart (qui n’aura lieu qu’à 10h⏳ mais fermeture de la circulation oblige) emmitouflé dans sons maillot run ars …et son sac poubelle car, of course my dear, la pluie s’est aussi invitée pour l’occasion… Grrrrr.
    La suite en fin d’après midi.
    Gageons que notre président Will have fun

  14. Bien joué Rémy, très bon résultat compte tenu des conditions climatiques : 4 h 13 mn
    Félicitations, à bientôt pour le compte rendu

  15. Encore et encore de belles performances chez les Runars !!!
    Bravo à vous tous Beruges London et saint ju..
    Bonne recup et à mardi …

  16. 17138 sur 65000…… :good: c’est super ça….. toutes mes félicitations! Tu as su braver les intempéries , chapeau mon Coach!!!
    Bon retour parmi nous pour nous raconter tout cela!
    Bisous :yahoo: :whistle:

  17. Good job !
    C’est super ! maintenant on veut savoir : les ravitos c’était du thé avec des scones ? de la bière ? des petits pois à la menthe ? t’as doublé par la droite ? et la vieille dame au chapeau, tu l’as vue ?
    4H13…tu n’as pas visité Buckingham alors ? Ou au pas de course ?
    Congratulations dear Presicoach, you rock !!

  18. Tout d’abord, je voudrais parler du marathon de Londres en lui-même. Avec 11 expériences dans les marathons je dois dire qu’à présent, la barre est placée très haute niveau ambiance. Je n’ai jamais vu autant de monde dans les rues et un tel engouement des anglais qui crient, jouent de la musique, encouragent, proposent des bonbons, des oranges, des mars, et même des frites (si, si, j’ai vu ça). Ils sont là pour nous. La première partie du parcours qui n’est pas en centre ville pourrait sembler peu intéressante mais le public est là. Les décorations sont belles avec de nombreuses haies de ballons, les supporters sont parfois costumés, à l’effigie de l’association dont ils défendent les intérêts,…. franchement, il faut le vivre.
    25/04/2015
    Réveil ce matin à 5 h 00 afin de se préparer avant le petit déjeuner servi à 6h au restaurant de l’hôtel. Nous partons en bus à 7 h avec tous les coureurs de sportifs à bord car après 8 h la circulation sera stoppée. Nous empruntons le chemin du marathon avec le bus qui nous amène à Greenwich, là où se déroulera le départ. Nous voyons les préparatifs, les décorations, c’est sympa cet avant-goût de la course. Bizarrement, nous n’avons pas de stress du tout, je dirais même que je pars serein.
    Nous arrivons bien tôt sur l’aire de départ.. Les anglais sont super cool, décontractés, ils attendent assis dans l’herbe en regardant l’écran géant. Comme il est interdit de faire pipi sur le parcours, dans les parcs et sur les trottoirs, il y a quelques centaines de wc sur le départ (tip top).
    Vers 9 h30, nous regagnons l’aire de départ dans la zone bleue (il y a trois zones), nous sommes dans le sas 6.
    Arrive le moment du départ, et là, je dois avouer, je suis déçu. Rien de solennel, je n’entends aucune musique, bref, pas trop d’ambiance. Ben oui, ils ont tout donné sur le parcours ensuite !
    Nous démarrons très sagement, aucune poubelle, aucun vêtement, aucune bouteille sur la route, tout a été déposé sagement sur le bord par les uns et les autres. On est bien loin des pratiques françaises où on retrouve un vrai dépotoir dans les sas et ou on manque de tomber à chaque pas, surtout pour les derniers sas….
    Les élites sont parties bien avant nous, ça aussi, je trouve que c’est étrange, nous n’étions même pas encore dans notre sas.
    Il y a beaucoup de monde et nous partons joyeusement. Zut, un gros bouchon à 800 mètres, nous sommes à l’arrêt et nous perdons déjà une minute dès le premier kilomètre. On redémarre et re bouchons, clairement, ce n’est pas un marathon à chrono, on le voit dès le départ.
    On continue, nous sommes surpris par le monde, une ambiance du tonnerre.
    A un moment, je me dis que j’ai vraiment de la chance d’avoir trouvé un sport qui puisse rassembler autant de personnes, des centaines de milliers de spectateurs (je ne connais pas le chiffre mais ça doit être hallucinant).
    Au semi, alors que nous sommes sur le Tower Bridge, l’endroit tant attendu, l’endroit phare de la course avec toute l’ambiance qui s’en dégage, je suis pris d’une grosse émotion, les larmes me montent aux yeux, des larmes de bonheur tout simplement.
    Les km défilent je prends toujours du plaisir avec les spectateurs et je regarde le paysage. Nous arrivons jusqu’à Big ben et là je sais que l’arrivée ne sera pas loin.
    Quelques minutes plus tard c’est l’arrivée. 4h13 de bonheur, je récupère cette superbe médaille. Séance photo, nous rentrons à l’hôtel et nous nous racontons cette drôle de course et cette drôle d’expérience vécue.
    Voilà mon marathon de Londres.
    Rémy.

  19. Alors là, moi je dis bravo le compte rendu. Vraiment digne de notre Présicoach.
    C’est vrai qu’on n’en attendait pas moins! Lol
    C’est aussi vrai que cela donne envie d’y aller voir, envie de (re)partir pour ce genre d’aventure… ailleurs et avec des copains Run’ars!
    Bises Rémy et à demain!

  20. C’est décidé, je le mets sur ma liste des choses à faire (juste derrière : gagner au loto, épouser un riche et prendre ma retraite à 35 ans)…Ca donne vraiment envie, merci Rémy !

  21. Oui, je trouve ça lamentable ton compte-rendu : ça donne envie d’aller se promener en trottinant chez les chapeaux melons rien que pour passer Tower Bridge en courant et vérifier l’heure à Big Ben, et encouragé tout le temps, ça fait rêver ton truc ! Vraiment, c’est nul, Rémy !

Les commentaires sont fermés.