Trail du Vulcain le 1er mars 2020

Encore un magnifique week-end pour les Run’ars partis défier le trail du Vulcain, en Auvergne. Chaque année de nouveaux Run’ars viennent s’y frotter et d’autres y retournent pour le plaisir ou pour améliorer leur temps.

  Cette année, c’était la première fois pour Isa et Didier mais aussi Julie et Julien (qui a remplacé au pied levé Bidou, forfait pour blessure). Audrey et Geoffrey avaient réussi à motiver leurs 4 copains (dont 3 venaient pour la 1ere fois).
  Après une pause café-crêpe-macaroné-macarons à Saulgé (on sait se bichonner chez les Run’ars), ils sont partis en direction de Volvic (63). Une fois arrivés, les choses se déroulent toujours dans le même ordre : retrait des dossards, goûter (oui, oui , mais les crêpes de Geneviève valent le déplacement), découverte du départ et du château de Tournoel (qui est la cible des coureurs du 16eme au 20 eme kilomètre et qui sonne la fin des joyeusetés).
  C’est donc en arborant fièrement le bandeau du Vulcain qu’ils posèrent fiers et frais pour la photo…Il était ensuite l’heure de rentrer s’installer à l’hôtel.
  Le soir, c’est toujours à la pasta party que l’on se retrouve pour faire une ou deux grandes tablées et faire le plein d’énergie. On discute,on retrouve Vincent et Sophie de Montmorillon,  on rigole, on se conseille et puis on finit par se dire que ce serait bien de ne pas se coucher trop tard.
  Le lendemain matin, tout le monde était là pour encourager les courageux du 47 km puis pour se préparer pour le 22…
  Nous sommes obligés d’exprimer notre admiration pour Jean-Paul qui fait encore un podium (oui ENCORE !) avec un chrono quasi-identique (il doit en être à son 4eme St Nectaire entier) et pour Audrey qui améliore son chrono, finit 4eme chez les femmes, 2eme de sa catégorie et qui franchit la ligne avec un immense sourire et fraiche comme une fleur. Bravo Audrey, tu as bien mérité ce fromage et tu fais notre fierté.
  Pendant qu’on parle de Jean-Paul, on peut noter la présence à ses côtés de Julien, également frais, pas préparé mais content. Si ça se trouve, il aurait même pu le faire sans baskets et en jean… Pas de préparation = pas de pression (à méditer).
  Un tout petit peu après, c’est Bruno qui arrive tranquillement : il n’y a qu’un seul ravito sur sa course donc c’est peu enthousiasmant pour lui. Il a dû passer 22 km à faire des prières pour que l’ecotrail de Paris ne soit pas annulé, ce qui lui a permis de ne pas voir le temps passer.
  Encore un peu après, nous pouvons aussi exprimer notre admiration à Sandrine qui pulvérise son record personnel  tout en ayant attendu Julie, qui a fait la course sur une jambe pendant…22 kilomètres. Après des douleurs vives, Julie a décidé d’abandonner la course car elle avait trop mal au genou….et puis finalement non, enfin si, elle avait mal mais non, elle n’abandonnerait pas parce qu’après tout, c’est trop bête. Notre unijambiste mérite donc toute notre admiration car elle a avoué à l’arrivée avoir « pleuré à l’intérieur »…😁
  Un tout petit peu plus tard, c’est Didier qui finissait son premier trail et pas le plus simple. Bravo Didier ! Didier aurait aimé se téléporter du château au gymnase, malheureusement il restait 2 km et pas les plus simples, cela a un peu gâché sa fin de course mais cela ne doit pas entacher son exploit. Pour quelqu’un qui dit ne pas trop aimer le trail, c’est très bien.
  Enfin, sur le 22, il restait Isa qui s’était lancée le défi de finir le trail du Vulcain et qui était accompagnée pour l’occasion de sa sherpa Mélanie. Après avoir avalé toutes les difficultés les unes après les autres et bien géré son effort, Isa a gagné son pari en finissant « courbatue » mais pas à bout de force. Un grand bravo à elle.
  Les coureurs ont ensuite pu attendre les copains qui faisaient le 47 : Audrey est donc arrivée la 1ere, en pleine forme et a pu attendre Geoffrey dont nous n’avions pas de nouvelles depuis le dernier ravitaillement. L’attente est longue mais tout vient à point à qui sait attendre , Geoffrey a franchi la ligne après 6h14 d’effort, il était visblement content de finir. Bravo à lui.
  Enfin, en 6h40, très belle arrivée groupée de Baptiste, Guillaume, Mathieu et Julien qui ont fait toute la course ensemble et qui semblaient plutôt bien à l’arrivée.
  Félicitations à tous les Run’ars qui ont couru, un grand merci à Geneviève, Bidou et Marie-Claude pour leurs encouragements mais aussi aux Run’ars qui suivent de loin mais qui encouragent (c’est vraiment bon pour le moral)… Qui seront les prochains à y aller ???

Classement du 22 km 538 finishers

296 GUILLOTEAU Jean Paul 2324 1 M7 242 M 02:41:34 + 1h8m25s 8.17

306 BLAIS Didier 2022 9 M5 247 M 02:42:03 + 1h8m54s 8.15  (Julien)

346 BOULARD Bruno 2200 10 M5 268 M 02:47:18 + 1h14m9s 7.89

475 QUAIS Sandrine 2118 17 M3 152 F 03:13:06 + 1h39m57s 6.84

483 FOUQUET Julie 2251 67 SE 157 F 03:14:16 + 1h41m7s 6.80

530 QUELLA-GUYOT Didier 2155 5 M6 348 M 03:36:57 + 2h3m48s 6.08

535 QUELLA-GUYOT Isabelle 2154 3 M5 185 F 03:57:52 + 2h24m43s 5.55

536 TASSIER Mélanie 2264 27 M0 186 F 03:57:53 + 2h24m44s 5.55

Classement du 47 km 664 finishers

114 MASSON Audrey 1104 2 M1 4 F 05:19:45 + 1h20m13s 8.82

331 PORCHERON Geoffrey 1103 59 M0 314 M 06:14:39 + 2h15m7s 7.53

434 RAMBAUD Mathieu 1191 75 M0 401 M 06:39:27 + 2h39m55s 7.06

435 BERNIER Guillaume 1107 115 SE 402 M 06:39:28 + 2h39m56s 7.06

436 GAURY Julien 1706 76 M1 403 M 06:39:28 + 2h39m56s 7.06

437 BERNIER Baptiste 1323 76 M0 404 M 06:39:29 + 2h39m57s 7.06

 

Mélanie Tassier.

 

21 réflexions sur « Trail du Vulcain le 1er mars 2020 »

  1. Félicitations à tous. Ça va être de la rigolade sur les prochains trails locaux. Magnifique.

  2. Et bien oui, un défi relevé, un de plus! :yahoo:
    Pas un super chrono mais j’ai bien compris qu’en trail on s’en moquait un peu du chrono… enfin un peu, un peu seulement… et encore pas pour ceux qui aiment le fromage!
    J’ai aussi compris qu’en trail, on marchait, un peu, un peu moins pour certains… un peu plus pour d’autres dont moi!
    Mais je suis très contente de l’avoir fait ce trail du Vulcain! J’espère ne pas avoir trop ennuyé Mélanie, ma sherpa, ma coach perso sur ces 22 km de côtes (aïe, aïe je ne savais pas qu’elles seraient si fatigantes!) et de descentes (la petite dernière monotrace, je l’ai encore un peu dans les mollets…). J’ai finalement été très « comme il faut »: ne râlant pas outre mesure après le « serre file » qui voulait me donner des leçons d’utilisation de mes bâtons dans les descentes et qui a fini par me préciser qu’il aurait sûrement été préférable de choisir le 13 km au lieu du 22, pour un premier trail. Non je n’ai rien dit, sinon ce sont mes bâtons qui se seraient exprimés… L’imbécile…
    Je ne suis pas tombée dans les passages de boue; je n’ai pas râlé lorsque j’ai dû marcher dans les deux ou trois petits ruisseaux; je n’ai pas pleuré dans la dernière descente (ah si… mais très intérieurement!)
    Je n’ai que peu profité du paysage pourtant superbe et que Mélanie me commentait, occupée que j’étais à avoir la truffe par terre, non à la recherche de quelques champignons à rapporter à Marie-Claude (alias Bidouchette), mais à la recherche de racines sournoises, de pierres qui roulent (et qui m’auraient bien ramassée!) et autres embûches bien dissimulées sous les feuilles…
    Je ne me suis pas plaint de mes pieds, orteils, talons et autres genoux.. parce que je n’ai pas souffert contrairement à ce que j’avais pu ressentir au Feu au Lac sur le 16 km.
    Bref j’ai été peu rapide certes, mais j’ai géré mon premier trail, plutôt pas trop mal et j’y ai pris du plaisir après tant de mois sans grande sortie. Et vous tous à l’arrivée avec Didier, cela fait chaud au cœur…
    Alors maintenant il va falloir compter sur moi dans les entraînements trail…mais je repose d’abord mes pattes; les escaliers sont un peu méchants avec moi aujourd’hui…
    Un grand merci à tous pour vos mots d’encouragements avant la course et de félicitations après. C’est très agréable, on en oublierait la dernière descente!!
    Un immense MERCI et de gros bisous à Mélanie, pour son dynamisme, ses discussions, ses conseils et aussi son silence parfois. :rose:

  3. Ils se plaignent, les uns et les autres des difficultés du Vulcain, mais, très honnêtement, ils exagèrent beaucoup. Moi j’ai trouvé ça facile. A part peut-être les 3 ou 4 montées, très sélectives, très techniques, trop longues, un peu épuisantes… Mais, globalement, rien de compliqué. Surtout si on fait très attention aux pierres et aux racines, qui sont… légions et souvent très emmêlées. Vraiment casse-gueule ! A part ça, c’est assez facile, surtout les descentes, quoique au bout de deux ou trois, c’est vrai, les cuisses préfèreraient des montées ; mais en montée, elles réclament des descentes. Pas facile de leur faire plaisir ! L’idéal serait de leur offrir du plat, mais ça, ils en vendent pas beaucoup chez le Vulcain. Donc, je le répète, c’est un parcours assez facile dans l’ensemble… Enfin, de temps en temps… Surtout quand on marche et on marche pas mal à cause des trucs pas faciles, en fait ! En y réfléchissant, marcher, marcher, c’est pas si simple. On se dit, allez trottinons, alors on trottine le temps de se rendre compte que des fois ça va pas plus vite qu’en marchant. Heureusement, y’a les montées où on ne marche pas, là on grimpe. Et ça grimpe raide par endroits ! En descente, on ne marche pas non plus, on se laisse aller ou on se retient, et on fait gaffe tout le temps à ne pas tomber, ce qui serait assez facile. Allez, soyons francs, si on oublie les petits aléas dont je viens de parler, j’ai trouvé ça plutôt facile… à certains endroits, pas très souvent, c’est vrai. Assez peu, en fait ! Et je ne sais même plus trop où exactement d’ailleurs ! Il y a tellement de difficultés qu’on en oublie facilement où c’était facile… Le refaire ? Le Vulcain ? Refaire un truc facile ? Non, je ne crois pas, ce serait jouer la carte de la facilité !

  4. Après avoir lu vos commentaires les quellas je n’ai qu’une remarque. Vous avez ADORÉ

  5. Mélanie est très bonne coach et très bonne reporter car elle a très bien résumé notre course à tous les deux! Que rajouter… Tout d’abord, encore un GRAND BRAVO à tous, vous nous avez encore tous impressionnés comme d’habitude!! De mon côté, une course frustrante et douloureuse, il faut bien le dire…. La tête disait : Cours, Cours plus vite et le genou disait: Stop! Mais une super course accompagnée de Sandrine qui était en pleine forme et avec sa bonne humeur, sa joie, son humour, je ne pouvais pas arrêter… MERCI encore à toi !!
    Concernant la doublure (Julien alias Didier), il a beaucoup apprécié le trail et a été impressionné par les performances de tous les Run’Ars ! Il se dit prêt à recommencer avec un peu d’entrainement quand même…
    Ce fut une belle découverte pour nous deux et un très bon week-end!!
    Les Jujus

  6. Ah me voilà B-)
    Il y’a 2 ans je décide de me prendre au jeu du Trail du vulcain……mais la je souffre ……collée aux baskets de Mélanie en lui rabâchant que plus JAMAIS pour moi !
    L’année dernière je trouve une excuse pour déclarer forfait :wacko:
    Mais là……cette année je m’inscris très rapidement et je me suis éclatée
    Je suis là pour Julie qui souffre de son genou ..mais c.est une gagneuse !..
    Nous décidons donc de rejoindre le ravito ensemble afin de se goinfrer de « tuc »
    Puis après la rigolade ça descend tout le temps …enfin presque :wacko:
    Et puis l’arrivée :yahoo: :yahoo: :yahoo:
    J’ai passé un excellent week ,tout était génial
    Merci merci à vous tous , à votre bonne humeur , à vos encouragements…

  7. Ça fait plaisir de voir que tout le monde à apprécié. L’année Prochaine on fait tous le 42 voire le 67

  8. Même remarque que Gégé, ça fait plaisir un tel enthousiasme…
    Félicitations à tous! Vous êtes tous des champion(ne)s!
    Ça me donne envie d’y retourner !

  9. Merci Julien
    Après avoir lu tous les commentaires des As du vulcain, je vais vous relater ma fin de parcours. Juste après le Château de Tournoel Julien me dit regarde sur la gauche il y a un de tes concurrents directs. Effectivement je vois une personne âgèe avec un KWay jaune sans un cheveu sur la tête. Je me suis dit c’est un évadé d’un EPAHD mais que nini je n’arrivais pas à le suivre dans ce P….. de faux plat et c’est avec 30 m d’avance qu’il entame la dernière descente vers l’arrivée. Je pensais, il faut que je le grille et c’est alors que je dévale cette descente avec mes Salomon toutes neuves cette fois sans peur et je finis par le doubler dans la descente. Arrivé sur le goudron je retrouve des ailes et je termine à 15 km/h sans regarder une seule fois derrière moi et je rentre en marchant pratiquement dans le gymnase. Je vois mon classement sur l’écran : 1er M7. Super content, mission accomplie. Finalement c’est le lendemain matin que j’ai eu peur en regardant les résultats : mon corbeau de l’EPAHD ne savait pas que j’étais un RUN’ARS, il est arrivé 3 secondes derrière moi.
    Merci encore Julien, sans toi je n’aurais pas gagné mon St Nectaire.
    Très heureux d’avoir participé une nouvelle fois à ce trail avec toute cette jeunesse.

  10. Bravo à tous pour vos courses et merci pour vos récits,
    Je serai présent ce soir au cas où il y aurait des motivés
    Arnaud

  11. Nous 2 absents cette semaine repos car on continue et augmente prépa pour la corse a partir de la semaine prochaine

Les commentaires sont fermés.