Pour moi la plus difficile

C’est avec un peu d’appréhension que j’abordais cette course. Mais l’ambiance du départ me rassure. Feu d’artifice beaucoup de spectateurs : c’est sympa. Pourtant au briefing la directrice de course nous prévient : risque d’orage , rafales de vent pouvant atteindre 70km/h , température de 4° en haut des crêtes. Elle conclut qu’il est possible que le parcours soit modifié. Certaines portions peuvent être dangereuses avec de grosses précipitations, d’autres doivent être protégées.
Bref le départ est donné à 0h01mn comme prévu. Le premier tronçon est de 16 km avec 600 m de D+. J’y arrive à 2h30. Pour le moment tout va bien. J’ai un appel de ma fille qui me dit que je suis 760ème sur 858 et mon temps de passage au 32 ème km est prévu vers 7h30. Je sais que les 35 km à venir vont être difficiles avec 2100 m de D+. Là nous sommes vraiment dans le dur. Les montées sont longues et très pentues. Les descentes sont glissantes et dangereuses, il est difficile d’aller vite. J’arrive au Perthus à 7h. David m’a appeler un peu plus tôt pour me dire qu’il me rejoindra vers le 40ème km pour faire un bout de chemin avec moi. Dans la descente suivante une coureuse est tombée. Quelqu’un appelle le PC course. Suspicion d’une fracture du fémur. Je ne sais pas comment ils vont la récupérer. Les sentiers sont étroits, glissants, pleins de grosses pierres au milieu de nul part. Je retrouve David et Virginie dont le mari fait la course avec des copains. Ça fait du bien. On se donne rendez-vous au ravito du Lioran au 51 ème km. Les 11 kms suivants sont terriblement difficiles avec le « harpon du diable » ,les bâtons ne sont plus autorisés. La montée est de 1,5km / 2km. Il me faut 1 h pour gravir cette pente et arriver sur les crêtes. C’est magnifique mais il faut être attentif car les sentiers sont dangereux. Il nous reste 5 km pour rejoindre le prochain ravito. Le vent s’est levé et la pluie attendue arrive. Des trombes d’eau s’abattent sur nous mais finalement ça ne me gêne pas. Je préfère à la grosse chaleur. Je ne suis pas trop mal, je n’ai pas de douleur, je retrouve David et Virginie qui me disent que j’ai meilleure mine qu’au 40 ème. Les abandons s’enchaînent, je suis 667° avec 11h12 de course. Là on apprend que le parcours est modifié. On ne passera pas au Puy Mary. Cela nous supprime 300 m de D+ mais on nous rajoute 7km de course. Le prochain ravito sera dans 21 km avec un point d’eau à une dizaine de bornes. Ce qui est bien à l’UTPMA c’est que dès que tu sors des ravitos ils te renvoient sur des pentes terribles. Tu montes tu descends tu escalades. C’est dur. Après une bonne soupe aux vermicelles au point d’eau je retrouve de nouveau David et Virginie. Ça fait du bien. Ils s’occupent de moi me réconfortent. Nous sommes à 76 km. David me renseigne sur la suite du parcours. Les premiers de la course ont mis 3 h pour faire les 15 kms suivants. Le moral en prend un coup et la pensée d’abandonner me traverse l’esprit. Heureusement depuis le Lioran je cours avec les mêmes personnes et on se soutient moralement. Les 15 kms sont vraiment durs. Il avait raison le David. Ils nous faut 4h20 pour faire 15 bornes. Nous arrivons à Lascelle à 20h36 et je suis en 507ème position. Il reste 21 km à faire. David me propose de les faire avec moi. Je suis content mais au dernier moment je me ravise. J’ai peur pour son genou et je refuse qu’il m’accompagne. J’ai eu raison, nous repartons sur des grosses montées et des descentes rendues extrêmement glissantes avec la 2 ème période de pluies de l’après midi. Plus personne ne court. Nous rejoignons St Simon à 23h27. Nous prenons le temps avant de repartir. Il nous reste 8 km mais nous repartons directement sur une nouvelle côtes avec un D+ d’environ 200 m. Ils sont terribles à l’UTPMA. Enfin on débouche sur une route et on termine le parcours sur le bitume jusqu’à Aurillac. Là je retrouve Bruno David et Virginie qui terminent les 600 derniers mètres avec moi. Je ne suis pas trop mal mais le retour au camping est difficile. Je m’endors dans la voiture. Après il faut se déshabiller, se doucher je me couche vers 3 h. Le réveil est difficile à 8h30. Petit déjeuner. On discute de la course avec les autres. Le retour en voiture est compliqué. Je suis un peu déshydraté et j’ai un gros manque de sommeil mais je l’ai fait……. 501ème sur 858 en 25h14 !!!!!

Envoyé de mon iPad

Envoyé de mon iPad

5 réflexions sur « Pour moi la plus difficile »

  1. Gégé, je réitère mon commentaire :
    Bravo Gégé quel mental :good: :good: pour tenir 25h. Vraiment tu m impressionnes.
    Bravo à tes supporters présents David et Virginie, qui ont su t’aider, t’assister, être là pour te motiver. Mais c’est bien toi seul qui y est arrivé. Tu peux être fier de ta performance. BRAVO BRAVO

  2. Un très grand bravo Gégé. Tu peux être fiers de ce que tu as accompli.
    Encore félicitation champion.

  3. Déjà Gégé tu m’avais impressionnée par tes 25 h de courses mais ton compte-rendu force le respect. Un immense BRAVO. Bonne récupération et à bientôt !

  4. Gégé, dire que tu m’impressionnes, et que tu es un modèle pour moi, ça je te l’ai déjà dit…
    c’est juste phénoménal ce que tu as fait! Je sais pas si tu le réalises, 105 km, 25h de course sur un parcours avec un peu de dénivelé qd même !!!
    Alors en plus d’être un mec bien que j’adore, pour moi tu es un champion…

  5. Waouhhhhh !!!! C’est juste impressionnant …. RESPECT :yahoo:
    Moi aussi je t’adore comme François (désolé je fais du plagiat président!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-) 
more...
 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.